Comment Jacky Katu s’est enchaîné à la Maison des Métallos ?

Posted: June 29th, 2010 | Author: A.D. | Filed under: INTERVIEWS — la parole donnée, PERFORMANCE — théories et pratiques | Tags: , , , | No Comments »

in chains

Jacky Katu : Je me suis enchaîné pour protester contre l’attitude insupportable de la direction des Métallos, qui a mis fin, le 8 Juin au soir, juste après la représentation du spectacle, ma contribution à la maison des Métallos par un mail le lendemain matin en me disant que c’était terminé, voilà… de façon complètement arbitraire

AD : Mais sur quel argument ?

Jacky Katu : Aucun… que c’était son droit le plus absolu, que c’était lui le directeur, qu’il prenait qui il voulait et qu’il virait qui il voulait… et je dis que ce n’est pas comme ça, donc c’est un rapport de force que tu veux instaurer… tu vois, c’est pas sur les projets, c’est pas sur ce que je faisais, c’est sur son pouvoir absolu…. un nouveau directeur arrive et je dis : mais qu’est-ce que c’est que cette histoire…  je lui dis, tu n’es pas dans une scène nationale comme si c’étais un artiste, tu fais ton spectacle et tu pars, je lui ai dit, ça fait 5 ans que je suis là, je ne fais pas que donner des spectacles… je fais un laboratoire toute l’année, ça n’est pas la même chose… et pour lui, il a dit non… il a dit : le statut d’intermittent est un statut précaire, et bien voilà, à la fin du mois, c’est terminé pour toi… et j’ai dit : et bien non, ça ne va pas se passer comme ça, donc je vais m’enchaîner ici et on va voir qui va gagner… tu veux un rapport de force, tu as un rapport de force… je dis, moi je m’en fous de mourir…

AD : Et aujourd’hui, quelle a été la première réaction ?

Jacky Katu : la première réaction c’est que vendredi il m’a demandé : tu vas pas me le dire mais je te le demande quand même, tu vas me dire quand tu vas t’enchaîner et à quelle heure et où, et donc moi j’ai dit : mais pourquoi je te le cacherai ? moi je lui ai dit : je vais m’enchaîner le lundi 28 juin à 14 heures trente, devant la Maison des Métallos, et du coup ce qu’il a fait, il a mis des vigils et des flics, je n’ai pas le droit de rentrer, ils m’interdisent de rentrer, et puis il y a plein de flics qui arrivent sans arrêt pour voir, et il m’interdisent de rentrer, regarde… je ne peux pas rentrer, je suis expulsé… et il y avait un conseil d’administration, qui devait avoir lieu ici avec toute la Mairie de Paris, avec le Maire du 11ème arrondissement, le Conseil Général et tout ça, ils l’ont déplacé ailleurs, il est parti ailleurs le directeur pour ne pas qu’ils me voient enchaîné, il a eu peur de ça… alors voilà…

AD : Qu’attendez-vous de votre action ?

Jacky Katu : Tu vois, regarde ça (il me montre la banderole le long du mur), tu as vu la banderole ? de me rétablir dans mes droits élémentaires, c’est à dire de poursuivre mon contrat : j’ai une convention jusqu’en mars 2011, et bien voilà, de poursuivre mon activité ici, de faire mon laboratoire de théâtre, et des débats que je faisais jusque-là, et en mars 2011, on peut rediscuter, mais mon contrat dure jusqu’à mars 2011, il n’y a aucune raison à ce qu’il mettre fin à mes fonctions parce qu’il en a envie… comme lui il est élu pour trois, je ne vais pas lui dire, mais non tu pars demain… voilà… moi je veux qu’on me rétablisse dans mes fonctions, jusqu’en mars 2011.. . date où mon contrat se termine, là on pourra en discuter… mais pas avant que mon contrat se termine… mais là il n’y a aucune discussion possible, je ne vois pas pourquoi on discute… d’autre part, j’ai engagé évidemment une action juridique, et donc il y a un avocat qui a été chargé de ça et qui a envoyé au directeur, une mise en demeure  … et il a 48 heures pour me rétablir dans mes fonctions, puisque c’est complètement illégal ce qu’il est en train de faire…

Et lui a dit : mais je n’en n’ai rien à foutre que ce soit illégal, tu es simplement dans ton droit et alors ? Tu vois mais il s’en fout parce qu’il dit que ça va mettre deux ans, le temps que ça arrive devant les juridictions et lui, il ne sera plus là…

AD : C’est vraiment son discours ?

Jacky Katu : Ah mais bien sûr, il est terrible, terrifiant… il m’a convoqué vendredi, non pas pour négocier mais me dire pourquoi je devais partir et pourquoi je devais accepter sa décision, sans rien dire… tu vois, ce n’est pas pour négocier quoi que ce soit… enfin lui, la direction… ils sont terribles… ils sont d’une violence inouïe… mais envers tout le monde… les gens partent les uns après les autres… Marie a été expulsée en septembre… ils divisent pour régner et il font partir tout le monde…

Madame K : Et que mettent-ils à la place ?

AD : il ne mettent personne… parce qu’il a été… bon, mais ça c’est plus une rumeur, je ne peux pas te dire que ça a été confirmé… quand ils l’ont nommé lui, il y avait trente candidats à la successions de l’ancien directeur, et il l’ont nommé lui car il aurait accepté de baisser la succession de vingt pourcent… de faire des restrictions budgétaires… et donc en virant des gens il fait de la réduction de budget… mais ça c’est de la rumeur, je ne peux pas te dire qu’officiellement ce soit vrai… mais ça ne m’étonnerait pas que ce soit ça… les gens sont virés les uns après les autres…

AD : Comment vous est venue cette idée de l’enchaînement ?

Jacky Katu : et bien tout naturellement… j’ai d’abord voulu faire la grève de la faim, je me suis dit qu’il fallait faire une action spectaculaire et radicale parce sinon il s’en fout, si je lui envoie des lettres, je peux lui envoyer des lettres tous les jours de toute l’année, il s’en fout… alors je me suis dit, c’est la grève de la faim, comme ça c’est un truc extrême, il ne va pas me laisser mourir… et puis là tous les amis se sont soulevés en me disant : mais ce n’est pas possible, ce n’est pas possible… les uns après les autres… donc à la fin j’ai fini par les faire accepter en disant bon, je vais m’enchaîner, ça va être plus simple…

l'art est dans la rue



Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.